Choses à Savoir

Choses à Savoir

Choses à Savoir

Développez votre culture générale.

 



Voir Acast.com/privacy pour les informations sur la vie privée et l'opt-out.

Catégories: Éducation

Écoutez le dernier épisode:

On croyait savoir comment comment les boas tuaient leurs victimes. Les naturalistes pensaient qu'elles étaient étouffées dans les anneaux de ces serpents. Mais une récente étude remet en cause cette explication.


Des rats équipés de capteurs


Jusqu'ici, nous pensions que les serpents étaient dotés de deux armes pour venir à bout de leurs proies : le venin et l'étouffement. Cette dernière technique était réputée être celle des boas.


Ce n'est d'ailleurs pas pour rien que l'un d'entre eux est appelé boa constrictor. Le mot constriction, en effet, est un synonyme d'étouffement. Des chercheurs américains ont cependant voulu en avoir le cœur net.


Pour cela, ils ont placé, sur le corps de rats anesthésiés, des capteurs destinés à mesurer leurs fonctions cardiaques. Ils les ont ensuite livrés à des boas en captivité.


Une interruption de la circulation sanguine


Grâce à ces capteurs, les chercheurs ont pu mesurer l'activité cardiaque des rats avant qu'ils soient donnés en pâture aux boas, puis pendant et après la capture des rongeurs par les reptiles.


Ils se sont alors aperçus que les rats ne mouraient pas par étouffement. En effet, ils ont constaté une chute très rapide de la pression artérielle des rongeurs et un dérèglement tout aussi soudain de leurs fonctions cardiaques.


En enserrant le rat d'une manière spécifique, le boa parvient à interrompre la circulation sanguine de sa victime. Dès lors, les organes vitaux n'étant plus irrigués, la mort survient très vite.


En fait, les scientifiques avaient déjà la puce à l'oreille; certains avaient en effet remarqué que la mort d'un rat, ou d'une autre proie, semblait vraiment trop rapide pour être causée par un étouffement. Leurs doutes ont donc été confirmés par cette expérience.


Cette technique de chasse semble finalement mieux adaptée à la morphologie d'un serpent. Dépourvu de pattes ou d'autres moyens d'attaque, il aurait en effet du mal à maîtriser une proie qui ne manquerait pas de se défendre.


Et qui pourrait d'ailleurs se débattre même si on la privait d'air. Alors que cette interruption brutale de la circulation sanguine provoque une paralysie quasi immédiate de la proie.



Voir Acast.com/privacy pour les informations sur la vie privée et l'opt-out.

Épisodes précédents

  • 1676 - Le boa étouffe-t-il vraiment ses proies ? 
    Mon, 24 Jan 2022 - 0h
  • 1675 - Pourquoi les mouches sont-elles si difficiles à attraper ? 
    Sun, 23 Jan 2022 - 0h
  • 1674 - Pourquoi parle-t-on d'uchronie ? 
    Thu, 20 Jan 2022 - 0h
  • 1673 - Pourquoi les femmes enceintes ont-elles de meilleures performances sportives ? 
    Wed, 19 Jan 2022 - 0h
  • 1671 - Pourquoi un cardinal peut-il être nommé “in pectore” ? 
    Tue, 18 Jan 2022 - 0h
Afficher plus d'épisodes

Plus de podcasts éducation français

Plus de podcasts éducation internationaux

Choisissez le genre de podcast